Alerte à la neige et au verglas sur la Saône et Loire et le Cantal

Maintien de suivi pour :
Ardennes (08), Aube (10), Marne (51), Haute-Marne (52), Meuse (55), Côte-d’Or (21), Nièvre (58), Saône-et-Loire (71) et Yonne (89).

Météo France place la Saône et Loire en vigilance orange pour neige et verglas entre ce soir 19 h et mercredi matin 9h.

Situation actuelle :
De faibles précipitations commencent à apparaître sur l’ouest de la Bourgogne (Nièvre et Yonne), donnant quelques pluies et neige mêlées en plaine, un peu de neige sur le Morvan. Ailleurs le temps reste encore globalement sec.Les températures sont actuellement comprises entre 1 et 5 degrés sous abri en plaine.
Evolution prévue :
La dépression assez creuse nommée « Gabriel », localisée pour le moment sur le proche atlantique, va balayer d’ouest en est les régions du nord-est entre mardi soir et mercredi après-midi. Elle débutera son parcours par l’ouest de la Bourgogne et la Champagne-Ardenne vers 20-21h pour les traverser entièrement entre 23 et 07h, pour se situer de la Franche-Comté à la Lorraine entre 03 et 11h et enfin de l’Alsace à l’arc jurassien de 11h jusqu’en début d’après-midi de mercredi.
Associée à une masse d’air froide, elle va provoquer un épisode neigeux significatif sur les départements placés en vigilance Orange. Avec des températures de chaussées qui seront souvent proches de 0°C, cette neige ne tardera pas à tenir dès les premières heures de l’épisode. Sur l’ensemble de cet épisode, des Ardennes à l’Yonne, aux plateaux de Bourgogne et de Langres, ainsi que vers les Côtes de Meuse, entre mardi soir et mercredi mi-journée, soit en un peu moins de 16 heures, on attend près de 5 à 10cm de neige fraîche au sol, voire localement 10 à 15cm du nord de l’Yonne à la Haute-Marne et aux Ardennes. Ce sont sur ces secteurs que les hauteurs de neige les
plus importantes sont attendues, avec parfois des intensités neigeuses pouvant atteindre très localement les 1 à 2cm par heure en milieu de nuit de mardi à mercredi.
En parallèle de l’épisode neigeux, le vent se renforcera sur la Bourgogne et la Franche-Comté dans le courant de la nuit prochaine, puis en fin de nuit également sur la Champagne-Ardenne et la Lorraine. Les plus fortes rafales pourront atteindre avec des rafales pouvant atteindre 60 à 80 km/h, très ponctuellement 80 à 90km/h notamment sur le relief exposé.Ces rafales de vent pourront favoriser la formation de congères par endroits
Mercredi en milieu d’après-midi, la dépression « Gabriel » aura quitté le pays, mettant ainsi fin à l’épisode neigeux sur le nord-est. Cependant, toujours dans de l’air assez froid, un ciel de traîne prendra le relais jusqu’en nuit de mercredi à jeudi, en donnant de nombreuses averses de neige jusqu’en plaine, pouvant ajouter par endroits quelques centimètres de neige supplémentaires, en particulier dans le Grand-Est et sur le relief exposé.

 

CANTAL : épisode neigeux notable pouvant rendre les conditions de circulation difficiles.

Situation actuelle :
La tempête Gabriel se situe en milieu d’après-midi vers la région nantaise.
La vaste perturbation neigeuse qui lui est associée commence à donner de faibles précipitatiopns sur l’ouest de l’Auvergne, sous forme de neige au dessus de 400/500m, donc sur la grande majorité du Cantal.
Evolution prévue :
L’activité précipitante se renforce en fin d’après-midi et en soirée avant de se décaler plus à l’est en cours de nuit de mardi à mercredi.
La limite pluie-neige, aux alentours de 400/500m d’altitude en début d’après-midi, remonte temporairement vers 600/800m en soirée/début de nuit (au moment des plus fortes précipitations), avant de redescendre en cours de nuit de mardi à mercredi.
D’ici mercredi fin de nuit, on attend 5 à 15 cm de neige sur l’ouest du département (dont Aurillac), plutôt 5 à 10 cm sur la région sanfloraine, et 20 à 40 cm en altitude au-dessus de 1000m.
A noter également que le vent de sud-ouest se renforce nettement en soirée (passage de la dépression « Gabriel » sur la France) et souffle en rafales de 60 à 70 km/h en plaine, 70 à 90 km/h en altitude. Il y a donc un risque important de formation de congères.