Test livre : le défi climatique.

Le Défi Climatique – Objectif : 2ºC ! –

Jean Jouzel, Anne Debroise.

 

Ce livre va vous présenter une synthèse complète des connaissances actuelles sur les évolutions à venir du climat mais aussi sur celles passées.

Les auteurs mettent en avant les efforts des pays pour limiter l’effet de serre mais on doit aller encore bien plus loin. Fort heureusement, les comportements évoluent dans le bon sens mais encore trop lentement.

Mais on peut en conclure brièvement que ces changements témoignent d’une véritable et durable prise de conscience. Et qu’il faut agir dès maintenant car après il sera trop tard. Tout doit se jouer dans les cinq années à venir pour s’éviter le pire dans les 50 prochaines années et au-delà. Il en va de l’avenir des futures générations.

Nous n’accepterions pas d’apprendre que nos prédécesseurs, se disant oh bein on ne sera plus là en 2100, qu’ils se débrouillent ! »; n’ont rien fait pour endiguer ce phénomène. Agissons donc de la même façon pour réduire le plus possible cette tendance au réchauffement. Il n’y a pas que les pays qui doivent faire des efforts. Nous même au quotidien, nous pouvons apporter notre petite pierre à l’édifice.

Les auteurs commencent par un prologue qui nous dit que c’est maintenant ou jamais que notre société doit s’engager volontairement dans un nouveau type de relations avec la planète qui la porte et assure sa subsistance.
Car le changement est de nos jours trop rapide pour que l’espèce humaine puisse s’y adapter sans souffrances. Il faut se résigner désormais à vivre autrement, de penser à un nouveau type de développement.

Dans le premier chapitre, c’est le temps des certitudes. On vous expliquera que le réchauffement actuel est sans équivoque avec des chiffres et des graphiques à l’appui. Les auteurs se basent notamment sur les rapports du GIEC que j’ai cité plus haut. On enchaine ensuite sur un retour vers le passé avec les analyses sous la mer, les archives continentales, sous les glaces, les datations parfois délicates, les archives écrites dont il faut parfois se méfier. On nous démontre que le climat a été inconstant.

Place ensuite à la reconstitution de notre passé. On répond ici au fait que dans le passé il n’y a pas de climat analogue à celui vers lequel nous allons au cours des prochaines décennies. Vous lirez ainsi que les eaux pourraient monter de plusieurs mètres, que le climat peut varier très vite, les rapports entre le soleil et le réchauffement de la planète, que le climat est sous influences multiples ; les facteurs d’amplification.

Le chapitre suivant évoque que ce réchauffement est d’origine. Vous découvrirez en détails comment l’Homme agit sur le climat. L’effet de serre est amplifié par ses actions. Les auteurs reviennent sur les modèles climatiques et comment ils nous accusent d’être les responsables en grande partie des bouleversements attendus. On parle désormais dans les rapports de certitudes et de précisions.

Il faut comme l’explique le point suivant trouver un consensus au niveau mondial. Et la création du GIEC a été faite pour cela : dresser un constat de la situation le plus consensuel possible. Malgré les contestations, les critiques parfois constructives et parfois malveillantes, ce groupement remplit son rôle et creuse la question. Vous lirez quelque peu comment tout cela fonctionne. On évoque aussi dans ce chapitre le rôle de l’activité solaire, les rapports entre aérosols et un refroidissement éventuel de la Terre, et peut-on se fier aux modèles climatiques.

Alors la question qui nous taraude est de savoir comment l’avenir peut-il être envisagé. Si les modèles ont été bâtis avec les connaissances climatiques actuelles, s’ils ont été testés sur les changements climatiques passés, leur but final est plus ambitieux car ils sont chargés de simuler l’évolution future du climat. .

Vous lirez qu’il y a tant d’avenirs possibles et de scénarios envisageables, du plus supportable au plus éprouvant. On sait en tout cas que l’effet de serre va continuer à augmenter.

Le climat sera modifié quel que soit le scénario que nous choisirons de prendre. Si de nos jours, on ne perçoit pas toujours ce changement car cela varie d’une année sur l’autre, il se fera sentir de plus en plus nettement ; que ce soit au niveau des températures avec des nuits qui seront de moins en moins froides, des impacts sur les pluies, avec de possibles catastrophes plus nombreuses. Les modèles voient plus loin que l’horizon 2100 car c’est à ce moment-là que les choses se gâteront vraiment.

Il faut savoir comme l’évoque le 8e chapitre, des surprises en tous genres sont encore en attente. On pense notamment aux sursauts océaniques, à l’arrêt de la circulation thermohaline, à l’influence du carbone sous la mer.

La nature sera largement sous influence. Les auteurs évoquent ici les différents impacts avec l’adieu aux glaces et glaciers, la mer toujours plus haute et des îles qui vont être noyées, les mers plus acides, les ressources en eau raréfiées, la vie marine perturbée, la biodiversité en net recul.

Comme il est expliqué, malgré les progrès technologiques, on n’empêchera pas les impacts sur notre société. Notamment pour l’agriculture avec de nombreuses craintes. L’industrie devra s’adapter. Il y aura le casse-tête des réfugiés climatiques. Et n’oublions pas non plus notre santé. On n’a qu’à se rappeler les effets de la canicule de 2003 dans notre pays et ses 15 000 décès.

Si le début du livre a beaucoup parlé du changement au niveau mondial, il s’intéresse dans le 11e chapitre à notre paysage français qui est déjà modifié. Il le sera encore plus. On porte ici un regard plus spécifique sur l’évolution passée et future du climat de notre pays et sur les impacts auxquels la population française doit se préparer.

Cela passe notamment par les premiers constats du réchauffement, sur les choix de nos gouvernements, le niveau des mers, le bouleversement des paysages agricoles, la vulnérabilité de nos forêts.

Les auteurs présentent ensuite les actions à mener. L’avenir passe par le décarboné. Les nations sont en ordre de bataille. Sous la pression de la société civile, beaucoup ont engagé des plans pour limiter leurs émissions de gaz à effet de serre et s’adapter aux changements à venir.

Désormais, des réunions annuelles font le point pour coordonner les efforts entre scientifiques et représentants politiques. C’est ici que les auteurs reviennent sur les différentes conférences qui ont déjà eu lieu avec les décisions prises ou avancées. La prochaine échéance sera bien sûr le rendez-vous de la COP21 à Paris en décembre prochain.

Mais tout cela n’est pas simple à mettre en place. Les décideurs politiques ont inscrit à leur objectifs ces 2° de hausse d’ici la fin de siècle mais on voit que les émissions continuent à augmenter comme si de rien n’était !. On nous explique comment nous en sommes arrivés là et quels sont malgré tout les signes d’espoir et quels sont encore les défis dont nous devons faire face aujourd’hui.

Vous lirez ensuite que l’on peut limiter ce réchauffement et se protéger en prenant différentes mesures comme le stockage du carbone, le développement du durable, transformer nos industries, bloquer les rayons du soleil, changer nos habitudes, préserver nos côtes de la montée des eaux, se parer contre lac canicules, protéger les infrastructures des catastrophes, mieux supporter la sécheresse, préserver la biodiversité marine, aider la faune à s’adapter, adapter l’agriculture, lutter contre la pauvreté. Limiter les émissions polluantes, aura un impact positif sur notre santé.

Le 16e point revient sur une perspective à long terme pour renforcer cette lutte au travers des initiatives engagées par nos gouvernements. On pense notamment au Grenelle de l’environnement..

Les auteurs concluent qu’il faut relever le défi climatique. Le changement du climat est en cours, c’est une certitude et l’on s’engage dans une nouvelle ère. La Terre nous rappelle à l’ordre et nous propose une nouvelle voie de développement ,qui serait plus durable, plus respectueuse de notre environnement et de nos semblables, qu’ils soient nos contemporains ou nos descendants. Il faut pousser tous nos décideurs à s’engager. Les lobbies tombent petit à petit ; ça doit continuer.

CONCLUSION

C’est assurément un livre passionnant et très enrichissant qui nous concerne tous et qui fait largement sur tout ce qui gravite autour du bouleversement du climat. Il y en va de notre avenir et de celui de notre planète.

C’est un véritable défi qui nous attend que l’on peut encore relever à la lecture de ce livre écrit par des spécialistes en la matière. Qui de mieux d’ailleurs que Jean Jouzel qui fait partie de ce groupement des scientifiques pour nous présenter la situation passée, actuelle et future. Des mesures sont prises mais il faut aller plus loin et surtout plus vite car le changement climatique est déjà à nos portes. Les choses commencent à évoluer et espérons des mesures fortes à Paris en décembre prochain.

Cet ouvrage fait la synthèse complète des connaissances actuelles sur les évolutions du passé et à venir de notre climat. C’est extrêmement complet. Même si ce bouquin est parfois technique et pourra rebuter par certains termes employés ( même si en fin de pagination un glossaire pourra vous être grandement utile), on comprend bien dans la situation où nous sommes aujourd’hui.

Sans écarter l’urgence des actions et les résistances encore de certains, les auteurs mettent tout de même en avant les efforts des pays pour limiter l’effet de serre. Les comportements changent, certes lentement mais on sent une véritable prise de conscience de la situation actuelle.

L’ouvrage nous offre un point complet et précis sur tout cela comme je vous l’ai présenté, sur ce qu’il faut entreprendre, comment s’y préparer ; comment se protéger ; en un mot anticiper ce changement inéluctable mais que l’on peut encore grandement limiter. Mais pour ne pas dépasser ces 2° supportables, il faut agir vite et fort. Nous n’avons plus le choix ; nous sommes désormais au pied du mur. Après il sera trop tard.