Sécheresse dans l’Ain : une situation qui peine à s’améliorer.

Des pluies orageuses, parfois très violentes, ont touché le département depuis début septembre 2022. Toutefois, ces orages n’ont concerné qu’une partie du département. Ils ont permis d’améliorer l’état de sécheresse du sol mais n’ont pas eu un impact durable sur les débits des cours d’eau. Les cumuls sont hélas restés bien trop faibles pour combler le déficit chronique depuis le début de l’année.

Ces précipitations ont principalement concerné la Bresse, la façade Est du département, et les montagnes du Jura.

Depuis le 1er mars 2022, le déficit de précipitations reste conséquent, de l’ordre de 35 % sur le département. L’évapotranspiration potentielle est de 15 % supérieure à la moyenne sur la même période. Aussi, même si l’état de sécheresse des sols s’est amélioré du fait des précipitations, ils restent très secs en profondeur. Les précipitations ont, parfois, quand elles étaient conséquentes, amélioré temporairement les débits des cours d’eau. Néanmoins, cette amélioration n’est pas, à ce jour, durable, les débits redescendent très vite dès l’arrêt des pluies.

Les prévisions météorologiques avec un état de conditions anticycloniques fraîches et sèches durant ces derniers jours n’ont pas changé la donne.

Dans un tel contexte, à l’issue d’une réunion du comité départemental restreint dédié à la gestion conjoncturelle de la sécheresse organisée le 15 septembre 2022, la préfète a décidé de :
• maintenir les bassins de gestion eaux superficielles « Rivières du Bugey » et « Saône aval » en situation de crise ;
• placer les bassins de gestion eaux superficielles « Rivières de Dombes » et « Rivières du Haut Rhône » en situation d’alerte renforcée  alors que le niveau était de crise précédemment. C’est donc un léger mieux pour ce secteur.
• maintenir le bassin de gestion eaux superficielles « Rivières de Bresse » en situation d’alerte renforcée ;
• maintenir le bassin de gestion eaux souterraines « Saône-aval » en situation de crise ;
• maintenir le bassin de gestion eaux souterraines « Dombes-Sud » en situation d’alerte renforcée ;
• maintenir le bassin de gestion eaux souterraines « Plaine de l’Ain » en situation d’alerte ;
• maintenir les bassins de gestion eaux souterraines « Dombes-Certines-Nord » et « Pays de Gex » en situation de vigilance.

Ces dispositions sont inscrites dans un arrêté préfectoral du19 septembre 2022.

Pour les communes placées en situation de vigilance, les usagers sont invités à économiser l’eau, afin de retarder au maximum l’instauration de mesures de restriction. La situation de vigilance n’induit aucune mesure de restriction imposée.

Les situations d’alerte, d’alerte renforcée et de crise conduisent, dans les communes concernées, à l’instauration de mesures de limitation ou d’interdiction des prélèvements et de l’utilisation de l’eau qui figurent dans les annexes 4 et 5 de l’arrêté préfectoral du 4 août 2022.

Ces dispositions s’appliquent jusqu’au 31 octobre 2022, au plus tard.

Pour les usages utilisant de l’eau potable :

  • le niveau de gravité observé sur le lieu de consommation est celui qui s’applique ;
  • toutefois, si une commune se trouve sous 2 niveaux d’intensité de sécheresse différents pour les eaux superficielles et les eaux souterraines, le niveau d’intensité de sécheresse le plus contraignant est retenu.

Pour les usages utilisant une ressource autre que de l’eau potable :

  • le niveau de gravité observé sur le lieu de prélèvement est celui qui s’applique ;
  • toutefois, si une commune se trouve sous 2 niveaux d’intensité de sécheresse différents, l’origine de l’eau (eau superficielle ou eau souterraine) sert à déterminer le niveau d’intensité de sécheresse qui s’applique.

Pour le grand public :

  • dans les communes situées en zone de crise, vigilance, d’alerte renforcée  ou d’alerte, les bons gestes à mettre en pratique depuis tout cet été restent donc en vigueur.

Pour les exploitations agricoles, les mesures de de restriction à respecter sont résumées dans ce flyer (format pdf – 97.8 ko – 04/08/2022) activités agricoles .

Toute la population est appelée à maîtriser sa consommation d’eau quotidienne, que ce soit dans le cadre d’usages particuliers ou professionnels.

Il convient de strictement respecter les mesures prévues par l’arrêté préfectoral portant restrictions temporaires de certains usages de l’eau dans le département de l’Ain.

Les pluies attendues avec impatience.

La situation pourrait enfin notablement évoluer dans les prochains jours avec le retour des perturbations. Et donc de précipitations qui n’ont jamais été aussi attendues que maintenant alors que c’est à partir de l’automne et pendant l’hiver que les nappes se rechargent essentiellement. Tout cela pour essayer de réduire le déficit annuel même s’il sera bien difficile de le combler d’ici la fin de l’année à moins de 3 mois de pluies abondantes. Il faudrait ainsi ne serait-ce que sur le secteur d’Ambérieu qu’il tombe 200 mm de pluie à la fois, en octobre, en novembre mais aussi en décembre pour déjà finir que dans dans les normales.Avec cette fois-ci à l’opposé, un risque de crues de nos rivières.