Canicule : la centrale du Bugey autorisée à déroger aux règles environnementales.

La centrale du Bugey. Source : Wipikédia (Jess & Peter )

La centrale nucléaire du Bugey vient de recevoir une dérogation spéciale et temporaire aux règles environnementales. Cela va lui permettre de pouvoir continuer à fonctionner à un niveau minimal de puissance pendant cette période de canicule selon un arrêt publié au Journal Officiel.

La décision de l’Autorité de sûreté nucléaire du 15 juillet 2022 fixant, de manière temporaire, de nouvelles limites de rejets thermiques applicables aux réacteurs de la centrale nucléaire du Bugey  est homologuée. La parution a été actée ce dimanche 17 juillet au Journal Officiel.

L’arrêté précise que les réacteurs de la centrale nucléaire du Bugey effectuant des rejets d’effluents dans le Rhône, peuvent, pendant la période fixée soit jusqu’au 24 juillet prochain , continuer à pratiquer ces rejets tant que l’échauffement après mélange des effluents dans le Rhône, calculé dans les conditions définies par la prescription ne dépasse pas 3 °C en valeur moyenne journalière.

Pendant toute la période pendant laquelle la présente décision est en vigueur, EDF tient quotidiennement informé l’Autorité de sûreté nucléaire, le ministère chargé de la sûreté nucléaire, la préfecture de l’Ain et la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement d’Auvergne-Rhône-Alpes des températures effectivement constatées après mélange à l’aval de la centrale nucléaire du Bugey, ainsi que des répercussions éventuellement observées sur l’environnement aquatique, notamment la vie piscicole.
Au plus tard le 31 octobre 2022, EDF adressera à l’Autorité de sûreté nucléaire, au ministère chargé de la sûreté nucléaire et à la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement d’Auvergne-Rhône-Alpes un bilan du fonctionnement de la centrale nucléaire du Bugey pendant la période estivale 2022 et son évaluation préliminaire de l’éventuel impact du fonctionnement sur l’environnement aquatique, associé le cas échéant de mesures compensatoires si des impacts sur les milieux dégradés ou les espèces impactées sont relevés. L’évaluation définitive est transmise au plus tard le 31 mars 2023 et les principales conclusions figureront dans le rapport annuel prévu par le code de l’environnement.

La présente décision prend effet après son homologation et sa notification à EDF. Elle est applicable dans les limites des requis du gestionnaire du réseau de transport d’électricité et jusqu’à ce que celui-ci ne requiert plus le fonctionnement de l’installation à un niveau minimum de puissance pour assurer la sécurité du réseau électrique tel que mentionné dans le courrier du ministère de la transition énergétique du 15 juillet 2022 susvisé et au plus tard le 24 juillet 2022 inclus.

48 h auparavant, une dérogation similaire avait été accordée aux centrales nucléaires de Golfech (Tarn-et-Garonne), du Blayais (Gironde) et de Saint-Alban (Isère) qui est là encore mise en place jusqu’au 24 juillet.

Depuis 2006, chaque centrale a ses propres limites de réglementation de température de rejet de l’eau à ne pas dépasser, afin de ne pas surchauffer les cours d’eau environnants et d’en protéger la faune et la flore. Les centrales pompent en effet l’eau pour le refroidissement des réacteurs, avant de la rejeter. Le Rhône en cette période où son cours ne cesse de baisser en raison du manque de précipitations est particulièrement fragilisé.

 

Ce dispositif de dérogation est exceptionnel et ce n’est ainsi que la seconde fois qu’il est mis en place en France. En 2018, la centrale de Golfech avait obtenu une dérogation de 36 h visant à garantir le bon fonctionnement du réseau électrique.

La centrale du Bugey fait partie des centrales françaises les plus exposées au risque de dépasser les limites thermiques autorisées de rejet de l’eau. On retrouve notamment les centrales de St Alban et de Tricastin dans le couloir rhodanien.

 

Surveillance de la température de l’eau du Rhône; comment ça marche ?

Les autorisations de prélèvements et de rejets d’eau non radioactifs dans le domaine public fluvial nécessaire au fonctionnement des installations de Bugey sont réglementées par l’arrêté préfectoral du 18 décembre 1995 et par l’arrêté ministériel du 11 juin 2004 pour les situations climatiques exceptionnelles.

Limite réglementaire (arrêté préfectoral) de l’échauffement du cours d’eau et de températures:

  • Échauffement : + 7,5 °C (ramené à + 5,5 °C entre le 01/07 et le 15/09)
    Note : l’échauffement est principalement due aux unités no 2 et 3 qui ne sont pas refroidies par les aéroréfrigérants.
  • Température aval (calculé) : 24 °C (portée à 26 °C pendant 35 jours entre le 01/06 et le 30/09)
  • Température de l’eau rejetée : 30 °C

Les prélèvements d’eau dans le Rhône sont les suivants : (ordre de grandeur)

  • Unités 2 et 3 : 154 800 m3/h par unité qui sont restitués en aval
  • Unités 4 et 5 : 7 200 m3/h par unité dont 1 800 m3/h sont évaporés dans les 2 tours.