AIN : le mois de juillet le plus sec jamais enregistré.

0,4 mm tombés en plaine de l’Ain en juillet.

Le département de l’Ain sans grande surprise comme sur le reste de la France au vu de l’accentuation de la sécheresse a connu son mois de juillet le plus sec jamais observé depuis le début des relevées officiels dans les années 40. A la station d’Ambérieu, il n’est tombé le mois dernier que 0,4 mm de précipitations !. Pour ne pas dire rien !. Cela efface ainsi et de loin le record du mois de juillet 2020 avec ses 9,8 mm de cumul. A titre d’information , la normale pour un mois de juillet en plaine du Bugey est de 82 mm.Le constat est le même sur tout le département où certains s’en sortent très légèrement mieux avec le passage de quelques orages avec 4,4 mm à Arbent, 5,7 mm à Sutrieu, 7,7 mm à Marlieux, 9,8 mm à Belley, 12,2 mm à Cessy, 13,2 mm à Divonne

Depuis l’an 2000, la moyenne mensuelle des précipitations pour un mois de juillet connait un recul de plus de 15 %. Mais on reste encore au-dessus des valeurs que l’on observait dans les années 60 ou 70.

Mois à mois depuis le début de l’année, le déficit en précipitations ne cesse d’augmenter dans l’Ain avec l’enchainement de mois bien trop secs même s’il y eu la parenthèse du mois de juin avec un bon excédent. Mais pas suffisant pour inverser la tendance annuelle, au moment où la végétation boit le plus. A Ambérieu, depuis le début de l’année, il n’est tombé que 378,8 mm alors que l’on devrait en être déjà à 617 mm. Soit un déficit qui atteint déjà les 39 %. Et les jours à venir n’annoncent rien de bien florissant.

Un ensoleillement record !

Revers de la médaille, l’ensoleillement bat tous les records pour un mois de juillet avec 396,7 h  contre une normale de 287,8 h. Soit 38 % d’excédent. c’est même un record absolu depuis le début des relevés. Même l’été historique de 2003 est largement battu avec 316 h en juillet ou juillet 2010 avec ses 338 h.