Retour sur la vague de froid de février 1956 dans l’ Ain.

Février 1956 restera comme l’ un des mois les plus rigoureux du siècle dernier avec des minimales plongeant parfois sous les -25°. Les plus anciens s’ en rappellent encore. Retour sur la perception de cette vague de froid  dans notre département de l’ Ain qui dura pendant tout le mois.

1er février : dès le début du mois le froid s’ installe. C ‘est la première vague, d’ autres suivront. La couche de neige tombée ce 1er jour du mois est peu importante alors que les températures baissent partout en France. Elle est de 5 à 7 cm dans la région de Gex et au col de la Faucille où la chute a atteint les 40 cm, la circulation resta normale. La situation est également normale dans les autres régions. on relevait toutefois des zones verglacées, parfois dangereuses sur le tronçon Nantua-Bellegarde, de la RN 84, Lyon-Genève.

2 février : le froid s’ accentue dans la région. Il provoque de nombreux accidents. La température a oscillé entre -15 et 25°.  On a relevé -17° dans Bourg et -18° au bord de la Reyssouze qui déjà était extrêmement prise par la glace alors qu’ à Trévoux par contre la Saône ne s’ était pas encore refroidie. Dans le reste du département  c’ est glacial aussi avec -20° sur Belley, -22° sur Oyonnax, -25° aux Granges du Poizat. A Sylans, le lac est déjà pris par les glaces notamment du côté du Moulin de Charix. La neige a continué à tomber mais les quantités sont restées faibles ( 5-6 cm en moyenne). Pourtant au Poizat la couche atteint les 15 cm et cette belle poudreuse ravit les skieurs. Aucun accident routier signalé mais par contre déjà de nombreux carburateurs gelés.

3 février : le froid recule légèrement mais ce sera du provisoire. Les températures ont ainsi gagné quelques degrés par rapport à la veille dans l’ Ain mais le temps reste encore très hivernal et la neige tombe encore. On releva -15° sur Bellegarde au petit matin, -8° à midi à Oyonnax, -20° l’ après-midi à Chézery et à Lélex, -12° ( contre -17° la veille) à 18h à Hauteville. Toutes les routes avaient été sablées notamment dans le Pays de Gex. Certaines portions verglacées étaient dangereuses notamment les tournants de Malcombe, entre Chatillon et Bellegarde, le passage à niveau de la Grotte entre Chatillon et St Germain de Joux et la région de Sylans. Il a neigé léèrement à Belley toute la matinée et jusqu’ à 15 h. A noter que le vent du nord a soufflé en tempête en particulier vers le Jura. Les 100 km/h furent atteints aprfois. Des arbres ont été déracinés au col de la Faucille et ont endommagé le téléski.

4 février : le froid est encore assez intense. Les maximales restent proches des -10° dans notre département.

7 février : une nouvelle offensive du froid arrivant par l’ est est attendue alors les températures restent encore bien basses.

9 février : la nouvelle vague de froid s’ est étendue à l’ Ain. La température a baissé dans l’ après-midi : -10° à Oyonnax, -12° à Gex, -7° à Bourg en Bresse.

10 février : des records de froid sont battus dans la région. Le mercure est descendu à -25° au Poizat, -22° sur Bourg. A Trévoux, la Saône charrie d’ énormes blocs de glace et sans un peu de courant le fleuve serait totalement gelé. Ainsi les blocs dérivent et certains mesurent des dizaines de m2. A St Bernard là encore le mercure est descendu bien bas : -22°. A Genève, le lac est gelé et des gardes-port de Genève ont fort à faire. Le lac charrie aussi des glaçons de 30 cm, ce qui ne s’ était pas vu depuis des dizaines d’ années.

lundi 13 février :  alors que le froid reste vif; on annonce déjà de nouveaux flux d’ air froid  et un nouvel abaissement de la température qui pourrait redescendre d ‘ ici 3 jours entre -15 et -20°. Dans tout le département, les chutes de neige ont été très abondantes. A Oyonnax, ce lundi, 15 à 20 cm sont tombés. La température a oscillé entre -6 et -10°. A Nantua, le lac est partiellement gelé. Une couche de glace le recouvre depuis le stade nautique jusqu’ à l’ avenue des Sorbiers, à peu près à la hauteur de l’ Avenue Eugène Chanl côté Nantua. L’ épaisseur de la glace est d ‘environ 5 cm et elles est recouverte d’ une couche de neige. A Belley, une usine de tissage n’ a pu ouvrir ses portes, les conduites d’ eau étant toutes gelées. Une blanchisserie a dû fermer. Rue St Martin, d’ autre part, vu la faible pression d’ eau presques tous les branchements ont été pris par le gel.

mercredi 15 février : après une légère détente, la 3e vague de froid a envahi la région. Cette nouvelle offenseive fait encore des dégâts dans l’ Ain. On a ainsi enregistré dans tout le Bugey la température la pus froide depuis l’ offensive du froid. A Belley même, le matin du 15, on a enregistré une température moyenne de -24° !. En certains endroits situés en plein vent, c’ est le cas des hameaux de la Croze  ou de Penaille le mercure affichait -25°. Les vieux platanes du Mail et du Promenoir ont éclaté sous l’ effet du gel. Pareil consat  ne s’ était pas remarqué depuis 1929. A Grenoble on a relevé -20° de mini à Grenoble, -24° à Mâcon et -21° à Lyon. A Billiat, toujours dans l’ Ain, 3 arbres ( 2 chênes et 1 platane) dont l’ un d’ entre eux avait un diamètre de 4,50 m ont sauté sous l’ effet du gel; ils sont plus ou moins crevassés. Selon les habitants, pareil phénomène ici ne s’ était pas produit depuis 1870 !.

16 février : le froid recule lentement et déjà on commence à estimer les dégâts de ces vagues de froid même s’ il est encore difficile d’ une façon certaine d’ évaluer les dégâts causés par la période de gel sur le plan agricole. Les premières statistiques font état d’ un bilan approximatif portant sur plusieurs dizaines de millions de francs. Les dégâts ont été particulièrement sensibles pour les blés semés en novembre ( blés tardifs) qui ont été complètement détruits. Le vignoble a lui aussi pas mal souffert.

17 février : la remontée du mercure se poursuit. On approchait  le 0° en journée en plaine. L’ état estime que le pays a subi une catastrophe nationale. 4 millions d’ oliviers furent perdus par exemple.

20 février : le mercure s’ est de nouveau abaissé dans l’ Ain. La nuit dernière, dans un lieu découvert près d’ Hauteville, le mercure a affiché -29°. Ce frid fit une nouvelle victime du côté de Bellegarde.

21 février : c’ est la 22e journée de froid consécutif. On relève encore près de -15° dans la région au petit matin.

23 février : encore près de -10° ce matin en plaine. Quelques relevés de neige sur nos stations : Lélex 1 m, poudreuse avec piste bonne. A La Faucille : 80 cm, poudreuse, piste bonne. A Brénod poudreuse, 25 cm au sol, piste bonne. A Giron 10 cm,, poudreuse mais piste en mauvais état.

24 février : le dégel commence à gagner du terrain en France mais il fait encore froid dans notre département.

26 février :  l’ amélioration côté mercure se poursuit même s’ il fait encore froid. Sur le lac de Nantua la glace commence à se morceler et elle s’ effondra sous un enfant. A noter que pendant ces 4 semaines hivernales, tout le gibier aura également beaucoup souffert de cet épisode de froid exceptionnel.