La vague de froid et de neige de février 1929.

A compter de la fin de la première décade de ce mois de février 1929, une véritable vague de froid va débouler sur notre pays. Elle gagna très vite notre région Rhône Alpes accompagnée fréquemment de chutes de neige qui seront parfois très conséquentes. Pendant une semaine le froid n’ abdiquera pas, aussi bien de nuit comme de jour. Très vite ce froid gagna le sud du pays. Autour du 18, le froid vif recula mais les nuits offrent encore des températures négative. On mande que cette vague de froid de février 1929 fut la plus intense depuis celle qu’ avait connu ce mois-là en 1895.Retour sur quelques faits climatiques qu’ a subi notre région :

11 février : le froid commence à s’ intensifier mais ce ne sera qu’ un début ! . Ainsi on relève comme minimale -3° à Lyon ( -16° à Belfort !).

12 février : le froid s’ accentue partout. En Savoie on relève -11° à Chambéry. Dans les secteurs élevés le mercure est descendu jusqu’ à -18°. La neige tombe toujours avec abondance. A Chambéry la couche atteint près de 30 centimètres et en montagne on dépasse le mètre !. Dans la région de Grenoble la neige tombe en rafales depuis dimanche soir ( le 10 février). On fait ainsi du ski dans les rues de la ville !. La circulation est interrompue sur les routes de montagne. La Chartreuse est isolée depuis le dimanche soir. Certaines routes, notamment celles qui permettent l’ accès du massif sont obstruées par la neige dont la hauteur atteint 2 mètres. Au col de Porte le tank chasse-neige est enlisé. La caravane du Touring-Club venue pour assister à l’ inauguration de la station des sports d’ hiver de Perquelin est prisonnière des neiges. Le maxi du jour ne dépassa pas les -12° à Lyon et -13° à Dijon et Nancy.

13 février : au matin le mercure descend à -18° à Lyon ( -13° en maxi) et -20° à Dijon et Nancy. Le froid reste très vif en Savoie. Ce matin le thermomètre marquait -15° à Chambéry. Il a marqué les -18° dans la Haute Maurienne. A Bonneville le froid intense se maintient. Il ne fit que -14° au plus chaud de la journée. Malgré la rigueur de cette température, la neige est tombée et une couche de 50 centimètres recouvre toute la région environnant le massif du Mont Blanc. A Bourg en Bresse le mercure a chuté jusqu’ à -21°. On y signale un peu partout de nombreux accidents causés par le froid. Dans la Loire le froid est vif également. Cette nuit le mercure est descendu jusqu’ à -25°. Dans le secteur de Roanne, après une abondante chute de neige dont la couche atteint 60 centimètres en rase campagne la température s’ est abaissée jusqu’ à -22° ce matin. La Loire et le canal sont gelés.

14 février : la température recule encore un peu plus à Lyon avec une minimale de -23°. Les abondantes chutes de neige provoquent de grosses pertes de temps dans les transports ferroviaires notamment aux abords de Lyon. En Haute Savoie c’ est une nouvelle recrudescence du froid. Le mercure de l’ école Normale de Bonneville a marqué ce matin pas moins de -25°. A Chamonix, la température est descendue jusqu’ à -30°. Du côté d’ Annecy, c’ est aussi un froid glacial avec -21° au matin. Pas plus de -14° en maxi. Le lac a commencé à geler. Du côté de Bourg on relève -23° en minimale tandis qu’ à Firminy dans les gorges de la Loire au Pertuiset le
mercure afficha -26°. Le fleuve est pris par les glaces. Un froid d’ une rigueur exceptionnelle règne dans la région stéphanoise où l’ on a enregistré -18 à -20° ce matin et même -25° à Côte Chaude, quartier de la banlieue qui ne justifie guère son nom !; enfin -23° à la Fouillouse.

15 février : A Oyonnax le mercure est descendu à -25° ; c’ est la température la plus basse enregistrée jusqu’ à ce jour. Dans la Savoie le froid est rude : -22° à Chambéry et Aix les Bains ; -26° à Aiguebelle ; -28° à Moutiers, à St Jean de Maurienne et Albertville ; -29° au Revard, -30° à Modane, au Verney de Bramans,-35° à Bessans !. Le record est détenu à Bonneval avec -37° !. A Bourg on relève -21°. Le maxima du jour à Lyon n’ a été que de -4°. Par -8° l’ après-midi, on continue à patiner sur le lac d’ Annecy  sur quelques points. Le Rhône charrie des glaçons dont quelques-uns mesurent 15 mètres sur 16.

16 février : toujours du froid et de la neige. On relève -18° à Lyon au matin, -19° à Bourg en Bresse durant la nuit et -15° au matin. On patine ainsi sur la Saône. La rivière d’ Ain est gelée vers le barrage de Neuville sur Ain, ce qui n’ a pas été vu depuis plus de 30 ans !. En journée on note un léger mieux par rapport aux jours précédents. Ainsi Lyon remonte à -2° contre -4° de maxi la veille. A St Etienne il y a de graves perturbations dans la distribution du gaz. La température est descendue à -25°. Les conduites d’ eau, de vapeur et de gaz s’ étaient obstruées dans les usines.

17 février : les gelées fortes reculent. On relève au matin -5° à Lyon soit 13° de plus que la veille. A St Etienne le mercure a marqué un brusque revirement et alors que sur le Pilat et le Vivarais on enregistre encore plusieurs degrés sous le 0, le dégel a commencé dans la ville et les parties basses du département.

20 février : ce n’ est pas encore la fin du froid : le mercure étant encore descendu à -11° à Lyon.

22 février : l’ hiver règne toujours ; encore -10° au matin dans la région comme à Lyon.