Les chutes de neige sur le Jura et les Alpes début novembre 1952.

En cette première décade de novembre la neige est déjà abondante sur nos montagnes.
A la Toussaint, on skie déjà dans le Jura comme aux Rousses. Une importante couche de neige, 15 cm environ, jonche le sol et déjà de nombreux amateurs des sports d’ hiver ont chaussé les skis.
En Haute Loire la neige est tombée dans la région du Velay, à Craponne, St Victor, Allègre et Sombade. Dans ces 2 dernières localités, la couche atteint même les 20 cm.
Dans le Cantal, des chutes de neige se sont également produites dans la région de Mauriac.
Dans le Puy de Dôme la neige a recouvert le Sancy, le col de Diane, la région de Besse en Chandesse et la région des montagnes thierroises.
Dans la Loire, Bessac sous une température de -2° s’ est retrouvée sous 10 cm de neige. Des congères se sont formées et proche de la croix de Chaubourey sur la route de la Valla un véhicule s’ est même retrouvé bloqué.

Alors que la neige s’ est installée sur nos montagnes, la pluie persistante dans les vallées a provoqué la crue de plusieurs rivières de notre région. Des prairies sont sous les eaux et en de nombreux points les chemins et les routes sont rompus. A Aix les Bains, le lac du Bourget a atteint sa côte d’ alerte. A Chindrieux et dans la région de nombreuses routes sont recouvertes par 50 cm d’ eau. Au Bourget, le lac déborde jusqu’ à la route de Bourdeau.
Dans le secteur de Grenoble, par suite des pluies persistantes qui se sont abattues depuis 48 h sur les contreforts de la montée de la Bastille, un glissement de terrain s’ est déclaré sur le flanc. Un immeuble a été touché et d’ autres furent menacés alors que des pierres et des graviers se détachèrent avant de se projeter sur des logements. 3 appartements ont connu d’ importants dégâts.

Les 6 et 7 novembre semblent avoir marqué le début de l’ hiver et l’ ouverture de la saison dans le massif des Alpes. Il a  neigé tout comme on l’ a vu plus haut dans le massif central, un peu partout dans les Alpes et dans les  Savoie et ce dès 1000 m d’ altitude voire même parfois bien en-dessous.
On relève ainsi 20 cm à Chamrousse, tout autant à Roche Béranger et 30 cm au Recoin. Il n’ en est pratiquement pas tombé par contre à Villars de Lans même mais il y en a 20 cm à la gare du téléphérique. De même à Lans : la neige commence à partir de la station.
Il neige sur l’ Alpe d’ Huez où la couche atteignait déjà les 20 cm dans l’ après-midi du 7 février et 25 à 30 cm au Signal. En soirée, la neige était toujours signalée. Le col de Lus a subi des bourrasques de neige même si la couche n’ excède pas les 5 cm alors que là encore la neige tombe toujours.
Il a aussi neigé dans le Trièves dès 1100 m d’ altitude.
Dans le Val d’ Arly, le Beaufortain et en Tarentaise la neige est descendue à moins de 900 m. Mais dans les Hautes Alpes tout particulièrement on a noté la première grande offensive de  l’ hiver. Les quantités ne sont pas importantes mais c’ est surtout l’ altitude à laquelle les flocons sont tombés : 700 m seulement. Cette neige s’ accompagne de vents violents. Pas de neige au col du Festre mais violente tourmente ainsi qu’ au col Bayard où on note quelques cm de neige.
Le col du Lautaret a été fermé; il y subit une tempête de neige et 10 cm sont au sol.
En Savoie on signalait 30 cm à la station de Val d’ Isère et 1 m au Salève; 20 cm à Pralognan, 10 cm à La Féclaz, 20 cm à Courchevel. Il neige partout dans ce département  à partir de 1000 m .
En Haute Savoie il pleuvait au matin du 7 mais en fin de journée la neige tombait et la couche atteignait les 20 cm à 1500 m d’ altitude, dans la région du Grand Bornand et de la Clusaz. Enfin, une tempête de neige violente s’ est abattue sur Chamonix et la région du mont Blanc vers 18 h. En quelques minutes les routes et les champs ont été recovuerts de  5 à 10 cm de neige. Le vent soufflant avec violence a plâtré les barrières, les arbres, les poteaux et les maisons donnant aisni à toute la vallée de Chamonix un véritable décor hivernal. Au sommet du Brévent, on releva une couche de neige proche  d ‘un mètre à 2500 m d’ altitude.