Hydrologie : une situation des nappes toujours délicate

Malgré le retour des précipitations en seconde quinzaine du mois d’octobre, on observe toujours un fort déficit hydrologique sur l’ensemble des cours d’eau au niveau mensuel, qui a commencé depuis le printemps dernier et qui s’est fortement accentué l’été dernier.  Le débit moyen menusle a été inférieur au décennal sec. Même si la situation n’est pas comme en pleine période estivale, il n’en demeure pas moins que les nappes du département ont bien du mal à remonter. Dans le meilleur des cas, elles se stabilisent et dans le pire une baisse légère. Si l’ouest et le centre du département ont limité la casse, les précipitations d’octobre ont été très déficitaires dans le pays de Gex où il n’est tombé que 30,4 mm sur Cessy. Sur Bellegarde, on a enregistré 46 % de la valeur normale. Par contre, au niveau départemental en tenant de la quarantaine de postes présents sur l’ensemble de notre terrioire départemental, cela représente 56 % des pluies normales pour un mois d’octobre. Cumulée depuis le 1er septembre dernier, la pluviométrie au sortir du mois dernier est encore largement déficitaire. Pour l’Ain, le rapport à la normale est de 38 %. Au  1er   novembre,  l’indice  d’humidité  des  sols  moyenné  par  département  est  inférieur  au  1er  décile  (valeur  basse  atteinte  en moyenne une année sur dix).

La nappe du Pays de Gex, au mois d’octobre reste orientée à la baisse. Les niveaux sont toujours supérieurs aux normales de saison. Dans le secteur du sillon de Greny, les niveaux semblent se stabiliser au cours du mois mais restent très bas pour cette période. La situation reste stable par rapport au mois précédent.

La nappe des alluvions de la plaine du Rhône (marais de Lavours-Chautagne) est en baisse modérée ou se stabilise au cours du mois d’octobre. Dans les alluvions récentes du Rhône, côté Chautagne, les niveaux sont modérément bas. Côté Lavours, les niveaux sont toujours proches des minima connus pour la période. La situation relative de la nappe reste proche de celle du mois précédent.

La nappe des cailloutis de la Dombes reste stable au mois d’octobre. Ses niveaux restent en dessous de la référence décennale sèche et sont proches des minimas connus pour ce point. La situation relative de la nappe reste identique à celle du mois précédent.

La nappe des alluvions fluvio-glaciaires du couloir de Certines , reste orientée à la baisse durant tout le mois d’octobre. Les niveaux sont partout inférieurs aux normales de saison. La situation relative de la nappe reste stable par rapport au mois précédent.

La nappe des alluvions fluvio-glaciaires de la plaine de l’Ain , évolue globalement à la baisse au cours du mois d’octobre. Dans le nord de la plaine ainsi que dans le couloir de la Valbonne, les niveaux repartent à la baisse au mois d’octobre après une période hausse au cours du mois précédent ils peuvent donc apparaître en valeur moyenne pour le mois assez proche ceux du mois précédent. Ils sont bas pour la période qui correspond habituellement au début des effets de la recharge. Dans le couloir de Blye-Saint-Vulbas, les niveaux évoluent toujours à la baisse ils sont modérément bas. La situation de la nappe se dégrade encore un peu par rapport au mois précédent.

Les nappes des calcaires karstiques du Bugey et de la haute Chaîne , voient leurs débits aux exutoires baisser encore au cours du mois d’octobre. Les émergences présentent des débits minimaux représentatifs d’une situation très basse pour la saison et pour certaines historiquement bas pour cette période. La situation se dégrade donc encore par rapport au mois précédent.

La nappe des alluvions de la Saône, se stabilise au cours du mois d’octobre. Ses niveaux se situent en dessous des niveaux quinquennaux secs. La situation reste identique à celle du mois précédent.