Un mois de mars bien humide.

Un mois de mars dans les normales et aussi doux que janvier dernier.

Ce mois de mars a affiché une moyenne générale de 7,6° sur la plaine de l’Ain comme à la station d’Ambérieu. C’est bizarrement la même moyenne qui fut enregistrée en janvier dernier !. C’est dire si ce mois-là fut exceptionnel, où de nombreux records étaient tombés. En 1975, la situation fut similaire avec un mois de janvier qui avait été plus doux que celui de mars. Si pour janvier avec cette moyenne c’était largement au-dessus des normales, pour mars c’est une moyenne tout juste conforme à la saison. Si l’on a 0,3° d’excédent sur les minimas, on constate à l’inverse un déficit de 0,2° sur les maximales. La première partie du mois nous a offert des températures assez conformes à la normale même s’il faut noter des gelées du 1er au 4. Bien plus que sur  tout le mois de janvier !. C’est souvent le 10 qui  fut la journée la plus chaude du mois avec un thermomètre qui grimpa jusqu’à 18,2° à Ambérieu ou bien encore 17,8° sur Pont d’Ain, 18,1° sur Vérizieu. Du 17 au 23 c’est un changement radical du temps et l’hiver fait son retour. On enregistre des maximales dignes d’un mois de février où l’on ne dépasse guère les 5° le 18 et 7 à 9° en plaine les jours suivants.  Alors que la végétation commence à réagir après la douceur du début de mois, le 22 l’Ain relève des gelées encore sévères avec -2,8° à Marlieux, -4,7° à Ambérieu et à la Balme sur Cerdon, -8,5° à la Chartreuse de Portes, -8,8° au Vieu d’Izenave. Ce que l’on retiendra  essentiellement de ce mois, c’est l’importante pluviométrie sur l’ensemble des secteurs du département. Il faut souvent remonter à 2001 pour retrouver autant de pluie pour un mois de mars. Les 150 mm mensuels sont souvent dépassés en plaine et l’on approche voire on les dépasse les 250 mm  sur nos reliefs comme sur le plateau d’Hauteville. On a ainsi relevé 226,8 mm sur Lélex, 212 mm à Innimond. A Ambérieu, avec 152 mm, on double presque la valeur normale pour un mois de mars. Un mois qui a connu pas moins de 16 jours de précipitations. A noter que la neige s’est invitée et de façon notable jusqu’en plaine le premier jour du mois. La couche atteignit fréquemment entre 8 et 10 cm au sol, ce qui ne s’est jamais vu pendant cet hiver. Et les  épisodes neigeux ont été encore très fréquents en montagne, ce qui a permis de pouvoir maintenir l’ouverture des domaines de ski du plateau de Retord ou des monts Jura. Une situation nivologique qui ne s’était plus vue depuis de nombreuses années. Il aura ainsi fallu attendre ce début d’avril pour rouvrir la verdure des champs à Lélex notamment. On retiendra aussi dans les évènements notables le bel orage du 31 qui a touché notamment tout le Bugey s’accompagnant parfois de chutes de grêle. Avec ces intempéries, l’ensoleillement accuse un retard de plus de 50 h , s’établissant à 111 h.