Février : un mois assez hivernal dans l’Ain

Février a été froid et déficitaire en précipitations.

Après un mois de janvier qui a été exceptionnel au niveau des records de douceur, le troisième et dernier mois de cet hiver  a rétabli quelque peu la balance. Février a accusé un déficit assez net, approchant les 1,9°. Aussi bien sur les minimales que sur les maximales qui pour ces dernières ont affiché 2,5° sous les normales saisonnières. Après un mois de décembre légèrement excédentaire, cet hiver aura été un peu moins froid que la normale. A la station d’Ambérieu, en février la moyenne des minimales s’est établie à -1,5° ( normale de -0,3°) et celle des maximales à 5,4°. A titre de comparaison on a relevé dans le sud du Bugey 4,3° à Belley pour les maximales. Le nombre de jours de gel en plaine a été important. Il atteint le score de 16 voire 17 comme sur Pont d’Ain. Globalement, le froid nocturne a dominé tout au long de ce mois. Pour les températures diurnes, les premiers jours ont été dans les normales. Une baisse est intervenue ensuite entre le 7 et le 11. On retrouve après un peu de douceur avec un pic le 17. C’est le seul jour du mois où les maximales en plaine furent à 2 chiffres. C’est souvent rare pour un mois de février. Enfin, on retrouve un vrai temps d’hiver pour les 7 derniers jours du mois avec une baisse progressive du thermomètre. Le froid fut vif les 26,27 et 28 avec cet air en provenance directe de la Russie ; ce que l’on appelle traditionnellement le Moscou-Paris. Il est à noter que ce type de vague de froid fut un peu tardif pour la saison. En général, on subit cela en janvier ou en première quinzaine de février comme en 2012. Cette année, cela aura eu pour conséquence de nous apporter de très fortes gelées où la sensation de froid aura été accentuée par un vent soutenu. On a ainsi enregistré notamment jusqu’à -12,1° à Ambérieu, -11,3° à Pont d’Ain, -16,4° sur Giron, -12,2° à Marlieux, -12° sur St Rambert en Bugey, -14,6° à Sutrieu, -10° sur Virieu le Petit.

Côté précipitations, c’est nettement moins qu’en janvier dernier. A la station d’Ambérieu, on ne récolta que 46,6 mm, c’est quasiment 35 % de déficit mais le nombre de jours de pluie est tout de même conforme aux valeurs saisonnières. Les précipitations parfois sous la forme de neige en plaine comme le 14 , se sont notamment concentrées sur la seconde décade. Mais les cumuls journaliers ont timidement atteint la barre des 10 mm. Avec le froid sec de la fin du mois, les postes n’ont enregistré aucune précipitation sur la dernière décade. L’ensoleillement accuse un retard sur les normales. Il a brillé en moyenne en plaine près de 80 heures alors que la norme est proche des 97 heures. On ne relève que deux journée de bon ensoleillement pour une moyenne sur 1991-2010 de 5 jours.